Association des éditions Cocagne MAISON DE LA MÉMOIRE & DES ÉCRITURES

A propos de Noël 

30 novembre 2023 |  

A un mois des fêtes de fin d'année on entend chacun parler de ses projets pour Noël et/ou pour le Jour de l'An. Cette année encore Mathilde ne prévoit rien de particulier. Elle ne peut pas se permettre de dépenser au-delà du nécessaire et la solitude ne lui pèse pas. Elle nous a néanmoins écouté avec plaisir débattre de ce sujet alors que nous nous retrouvions chez elle. Elle a simplement remarqué que ces repas de famille sont l'occasion de raviver des sujets qui fâchent, à partir d'une parole maladroite. De vieux contentieux refont surface. Par le passé, un mouvement d'orgueil mal placé a empêché de présenter ses excuses et on s'est installé dans une fâcherie au long cours : on reste fâché sans savoir pourquoi. Car notre mode de vie et de pensée penche à vouloir avoir raison, à rendre coup pour coup et à pratiquer l'escalade dans les reproches qui deviennent paroles désobligeantes, insultes, etc.  

Alors qu'il suffirait, au moment qui précède celui où tout bascule vers l'irréparable, de s'arrêter, de faire une pause, le temps de trois ou quatre grandes respirations. Et de prendre un peu de recul pour constater que tout n'est pas si grave et que mieux vaut lâcher prise et tout arrêter – le salut est souvent dans l'esquive – en attendant le retour au calme et à davantage de lucidité.  

Cette recommandation ne date pas d'aujourd'hui même si nos nouveaux philosophes semblent la découvrir. Platon préconisait déjà cette discipline. Il conseillait aussi – déjà – la marche à pied pour se vider la tête des mauvaises pensées et ruminations en tout genre. Mieux. Il conseillait de pratiquer cette technique de suspension non seulement au moment de la crise pour éviter le pire mais aussi à heures fixes, tout au long de la journée. Nos contemporains suggèrent d'alléger le stress au travail en prenant une pause de deux (ou une) respirations complètes chaque fois que le téléphone sonne. Cela signifie décrocher après avoir laissé sonner trois fois. 

Pourquoi ne pas faire de cette expérience l'une des bonnes résolutions pour la prochaine année ?